06 08 35 34 19

Non mais, qu’est-ce que c’est que ce titre ? Toutes les émotions, positives ?
Non, la joie seulement ! Les autres sont juste des fléaux : la colère nous pousse à dire des choses que nous regrettons ensuite, la tristesse nous coupe des autres, de la vie et la peur nous procure des sensations plus que désagréables : mal de ventre, boule dans le thorax, dans la gorge … Et tout ça pourquoi ? Hein, je vous le demande !
Je vais tenter de vous expliquer avec mes mots, grâce à mes lectures, et à ma petite expérience.

En tous cas, moi,  je suis pour la réhabilitation de nos émotions.✊🏼

Les émotions & nous

Nous avons une drôle d’image des émotions. D’aucun ne peut dire qu’elles ont le vent en poupe (et ce depuis bien longtemps). Bien souvent, nous souhaitons nous en débarrasser, ne plus se laisser déborder.
Elles sont gênantes pour notre image. C’est ce que la « société » ou notre éducation a voulu nous faire croire : on ne pleure pas, pour un homme c’est un signe de faiblesse, on ne doit pas avoir peur, juste montrer qu’on est courageux, c’est pas beau une femme qui se met en colère, ça ne se fait pas… Et une femme qui rit, c’est impoli voire vulgaire.
En outre, les émotions ont aussi l’image d’être un obstacle à notre bonheur, nous les fuyons comme ça nous avons juste « l’impression » d’être heureux. Nous nous en coupons, nous les mettons à distance pour nous préserver de ce qui est douloureux pour nous.
Si la plupart des émotions sont qualifiées de « négatives », c’est un abus de langage ou plutôt de sensations, de ressentis. C’est vrai que quand nous sommes au cœur de la tourmente, ce n’est vraiment pas agréable à vivre.

L’émotion nous apporte un message pour nous pousser à l’action

L’étymologie  du mot « émotion » vient du latin ex movere : mettre en mouvement vers l’extérieur. Elles sont là pour nous transmettre une information sur ce qui se passe là maintenant. Une phrase, une situation, une pensée sont autant de stimuli qui engendrent l’émotion.

Pour faire court, dans notre corps, les émotions commencent par une décharge électrique (qu’on ne perçoit bien fort heureusement pas) au cerveau. C’est une réponse physiologique de notre corps, elles font parties de notre boite à outils de survie : elles  nous poussent à réagir et servent à maintenir l’homéostasie, l’équilibre et l’intégrité de notre corps.
Comme je le disais tout à l’heure, les émotions sont des sensations corporelles (une sensation + une sensation + une sensation = une émotion) et contre toute attente, elles ne durent que quelques secondes*. Comme l’explique Isabelle Filliozat dans son livre « Que se passe-t-il en moi », l’émotion se déroule en 3 temps :
La charge : elle est déclenchée par un stimuli qui met en œuvre l’amygdale. Cette dernière donne le signal pour libérer des hormones.
La tension : là, c’est notre corps qui se prépare à agir, à nous adapter à ce qui se passe autour de nous.
La décharge : c’est l’expression, l’évacuation de l’émotion qui nous aide à revenir à l’équilibre (le cri face à une peur, les pleurs face à une perte …). La décharge nous libère, calme la tempête pour revenir à notre état de paix relative. Ce fameux sentiment de soulagement après avoir pleurer …

Il est vrai que nous aimerions éviter de souffrir et tourner le dos à nos émotions, trop dures à gérer. Et nous nous demandons parfois pourquoi cette réaction typiquement corporelle et innée existe. C’est quand même intrigant que nous soyons doté de ces émotions qui nous envoient des sensations désagréables. Est-ce vraiment une erreur de mère nature quand elle a créé l’être humain ?
Non, bien sûr, changeons de regard. Les émotions sont utiles, ce sont des alliées, des guides. Elles nous informent sur ce que nous vivons, nous permettent de rester en vie, d’agir pour retrouver notre équilibre. Elles nous donnent la possibilité de réinstaller la paix en nous.
Oui, elles sont toutes positives !  Elles sont positives car utiles à notre épanouissement, à la connaissance de nous même, à notre communication (quoique ;-)). Elles nous livrent des messages, des informations sur ce que nous vivons, nous traversons.

Alors vous comprenez mieux ce titre, les émotions que nous traversons sont positives car elles nous ouvrent à nous même, il suffit 😉  juste d’apprendre à les décrypter et à les utiliser à bon escient.

*La suite dans le prochain article


Si vous avez aimé cet article et s’il vous a aidé, laissez un commentaire et partagez-le !