06 08 35 34 19

Aujourd’hui, je vous parle d’ancrage. Chaque pratique, en sophrologie, commence par travailler la manière dont vous êtes posé·es sur le sol, ou sur votre chaise.  Quand on parle d’ancrage, on parle d’équilibre, et aussi de présence : ce qui se passe ici & maintenant. L’ancrage est notre lien à la réalité, à ce qui existe vraiment (et pas seulement dans nos pensées),  à la terre : d’où l’expression « avoir les pieds sur terre ».

C’es quoi être ancré ?

Souvent, je prends l’image du bateau au mouillage, ce qui l’agrippe dans le sol, ce qui l’empêche de dériver, c’est son ancre. J’aime cette image car « être ancré » empêche le bateau d’aller se fracasser contre les rochers et en même temps, il a la possibilité de bouger, d’accompagner le sens du vent.
Le deuxième exemple est très terre à terre 😉 : admettons vous êtes dans métro ou dans le bus debout, si ça freine et que vous n’êtes pas bien attentif·ve, les pieds bien posés sur le sol, vous perdez l’équilibre. Par contre, si vous êtes bien présent.e, appuyé·e et stable, vous restez en équilibre et vous n’allez pas vous fracasser sur la personne d’à côté (qui peut, il est vrai, dans certaines situations ne pas être désagréable, quoique …). Il en va de même avec les tourbillons de la vie, vos émotions : si vous êtes bien ancré·es, présent·es, vous ne vous faites pas chahuter au moindre coup de vent. Vous vous sentez plus solides plus confiant·es.

Là est le lien entre l’ancrage physique et mental : être présent dans son corps à chaque moment, vous permet de faire face à la vie sans être déstabilisé·e. Si vous être trop dans vos pensées, pas assez dans votre corps, à ce qui se passe autour de vous, vous vous laissez surprendre et vous pouvez en être déstabilisé.e.

Et concrètement ?

S’ancrer, c’est sortir de sa tête et s’installer dans ses pieds, dans son corps. C’est sortir de ses pensées, de son imaginaire pour vivre ce qui se passe là maintenant. Plus vous êtes dans votre tête à penser, à refaire le match ou à envisager comment la situation pourrait se passer, plus vous glisser dans l’anxiété, et moins vous êtes présent.es aux personnes, au monde qui vous entourent.

Donc être ancré, sortir de sa tête et c’est revenir dans son corps, dans ses pieds, être connecté à la matière, à la vie, au moment présent. C’est prendre conscience de son corps dans sa globalité. C’est habiter son corps pleinement et accepter de vivre ce qu’on a à vivre.

A quoi ça sert à ?

★ Avoir moins de pensées négatives
★ Se sentir plus en sécurité
★ Prendre du recul
★ Etre plu serein
★ Accepter ce qui se présente
★ Se sentir plus solide sur ses pieds
★ Etre plus confiant
En fait, ça calme …

Comment travailler son ancrage

Voici quelques propositions à essayer si vous souhaitez améliorer votre ancrage. Travailler son ancrage physique, son équilibre permet aussi de travailler son ancrage mental : tout part du corps! Vous pouvez vous entraîner notamment en portant votre attention sur chaque partie de votre corps en lien avec une surface solide. Revenir à soi, en soi, à ses sensations.

Pour vous y aider, voici quelques pistes :
★ Marcher en étant concentrée que vos pieds en contact avec le sol
★ Faire des activités manuelles, comme du jardinage, dessin, bricolage
★ Faire une activité physique : bougez, vivez, ressentez votre corps avec le yoga, la marche, la course à pied
★ Pratiquer une respiration consciente : inspiration par le nez, et à l’expire, vous imaginez que le souffle traverse tout votre corps, jusqu’à vos pieds et au-delà.

 

En résumé
L’ancrage vous aide à être reliée à vous-même dans le moment présent. Une pratique idéale pour les gens qui pensent trop ou très angoissés 😉. Quoiqu’il arrive, vous restez en équilibre et stable. C’est une force qui vous mets en sécurité, en confiance !


Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager et à laisser un commentaire !