06 08 35 34 19

Nous croyions en avoir 5 depuis la nuit des temps, mais il y une vingtaine d’années, des scientifiques se sont accordés à dire que nous en avons 9. J’ai choisi de vous parler de ces 9 sens car dans notre quotidien, ils sont en action à chaque instant et permettent de nous vivre, tel•le que nous sommes là maintenant, et bien plus encore.

Les 5 sens : une ouverture sur le monde

Vous les connaissez tous : le vue, l’ouïe, l’odorat, le goût et le toucher. Chacun est relié à un organe.
Dans mes accompagnements, je suis très sensible à vous reconnecter à vos sens, pour que vous les viviez en pleine présence. Tout d’abord, ils nous donnent une information « brute » de ce que nous vivons dans l’instant. Brut c’est à dire sans filtre, sans jugement, sans a priori, juste ce qui est. Ils nous ramènent à ce qu’il se passe là maintenant. Ils nous aident à vivre le présent, ce fameux instant présent.
Ces sens, que chacun de nous a plus ou moins développés, nous mettent en lien avec le monde qui nous entoure, ils nous donnent des informations sur ce qui est juste là. La luminosité nous donne une information sur le temps qu’il peut faire dehors ou l’heure de la journée. Se concentrer sur les sons peut nous faire prendre conscience du calme ambiant mais aussi de la vie autour de nous quand nous nous arrêtons un moment. Le contact de l’air sur notre peau, le plus grand organe du corps, nous renseigne si nous sommes juste bien ou si on a trop chaud ou froid.
Et d’ailleurs, à l’instant où je vous parle, avez-vous encore en bouche le goût du délicieux cookie, de votre thé ou café que vous avez pris soin de déguster quelques minutes avant?  Peut-être, sentez-vous des effluves de parfum qui vous confirment qu’un être cher n’est pas très loin.
Juste avec ces sensations là, vous savez où vous êtes et à quel moment. Revenir à vos sensations, c’est revenir à vous, à ce qui se passe là maintenant.

En sophrologie, nos sens nous permettent aussi d’aller travailler à nos propres ressources. Comme vous le savez, nous pouvons berner le cerveau avec les évocations du positif. D’ailleurs les personnes que j’accompagne, savent que je ne parle pas de visualisations mais d’évocations, une ouverture à tous les sens qui nous laisse le choix en fonction de nos sensibilités. Grâce à ces perceptions, en restant juste là, vous pouvez être dans un endroit qui vous ressource et dont vous observez tous les détails, voir les couleurs, sentir les odeurs, les parfums, percevoir le contact des matières sur votre peau, vous délecter des saveurs. Tous vos sens en éveil. Vous replongez dans vos souvenirs ou vous projetez dans un doux moment à venir. Grâce à eux, vous vivez là maintenant tous les bienfaits de votre évocations.

Les 4 autres sens : ouverture sur nous même

Sans entrer dans les détails (et si vous voulez en savoir plus : lien vers un article et le replay d’une émission de France Culture) nous sommes aussi dotés de 4 autres sens. En action en permanence, moins connus et en même temps tellement là (c’est juste qu’on ne savait pas que c’était des sens), ils ont aussi toute leur utilité dans notre quotidien et bien évidemment dans la pratique de la sophrologie.

La proprioception : Sens qui nous permet de savoir où sont nos propres membres et comment les utiliser par exemple pour prendre une tasse.
L’équilibrioception : (J’adore ce mot, on dirait le nom d’un numéro de cirque ;-)) Ce sens nous aide à maintenir l’équilibre, à marcher droit. Il est fortement lié à l’oreille interne, à l’audition. (Par contre pour que ce soit bien clair ;-), si vous avez suivi ce qui est écrit au dessus  :  c’est grâce à la proprioception que nous savons que nos pieds nous servent à marcher et comment il faut faire).
La nociception : ce sens est notre capacité à ressentir la douleur et donc permet à notre corps de faire une réponse appropriée face aux dangers, de s’adapter pour ne pas aller trop loin et maintenir notre intégrité physique. Enfin… pour celles et ceux qui savent respecter leur limite. Et en fait, ce sens sert aussi à ça.
La thermoception : c’est la capacité qu’a notre corps à ressentir les températures. Si je reprends l’exemple de la tasse, admettons qu’il y a une breuvage chaud à l’intérieur. La thermoception nous dit, c’est chaud et la nociception, nous dit lâche c’est trop chaud !

En sophrologie, et surtout dans la vie, grâce à la proprioception, vous savez avec quel membre et comment effectuer le mouvement. L’ancrage est intimement lié à l’équilibrioception. C’est le sens de la nociception qui vous informe, par un message pas très agréable que vous étiez peut-être trop tendu•e sans vous en rendre compte, qu’il y a un dysfonctionnement, que le corps souhaite juste que vous rétablissiez quelque chose. Ces 4 autres sens nous relient à ce qui se joue à l’intérieur de nous et nous permettent prendre conscience de ce que nous vivons pour, si nécessaire, ajuster.

J’allais finaliser cet article, et en écrivant ces derniers mots, et là me vient en tête les mots intéroceptif/extéroceptif. Sens ou pas sens ? Non, ce sont des sensations de ce qui se passe à l’intérieur ou à l’extérieur de notre organisme : la faim, la soif, la pression sanguine, la satiété et elles sont liées à nos sens  (la vue, l’odorat, la nociception …). Ces sensibilités sont au cœur de l’accueil de « comment » nous nous sentons là maintenant.

Nos 9 sens nous donnent une idée de notre corps. Le corps tel que nous le vivons et surtout tel qu’il est là maintenant.
Etre à l’écoute de ses sensations glace à ses sens, c’est être à l’écoute de ce qui nous entoure et qui nous impact, c’est aussi être à l’écoute de ce qui se passe en nous. A l’écoute de soi et donc, de ses besoins.