06 08 35 34 19

Ça fait un long moment que je souhaitais vous parler de la pause d’intégration. C’est un terme que j’ai appris lors de mes études en sophrologie.
Aujourd’hui, ces 3 mots revêtent une toute autre importance. Je ne vais pas vous donner forcément la version « académique » mais plutôt ma version. Bien au-delà des pratiques de sophrologie, la pause d’intégration est incontournable pour vivre pleinement sa vie.

Pause d’intégration …

En séance de sophrologie…

La pause d’intégration est un temps de silence que laisse le praticien après chaque exercice.
Ce temps propose à celui qui vit la séance d’être pleinement présent à ce qu’il ressent, à toutes les sensations qui sont là, à ce qui se vit en lui. C’est prendre un temps pour intégrer les perceptions et les ressentis, sans jugement et sans a priori. Juste être centré et « engrammer », faire soi, prendre la mesure de ce qui est là.
Le mot « pause » est un temps de silence pour le sophrologue et c’est un temps d’arrêt pour celui ou celle qui pratique. Un temps qui va à l’encontre de notre manière de vivre où l’on passe rapidement à autre chose.
Cette simple pause a toute sa place, elle permet la pleine présence, d’être en conscience.

Il y a plus fort encore : la pause de totalisation ! Elle clôture chaque pratique de sophrologie. La personne intègre, non pas ce qui vient juste de se passer, mais la totalité de la séance et laisse émerger ce qui est là, en elle, à ce moment-là, comme pour venir renforcer sa propre structure.

… et dans votre quotidien

Quand vous vivez une séance de sophrologie, l’idée est d’intégrer ce que vous avez vécu à chacune de vos journées pour transformer votre quotidien. C’est l’entrainement. Vous pouvez refaire les exercices à l’envi (même dans les moments où vous vous sentez serein•e, apaisé•e).

Ma proposition est que vous ajoutiez, aussi, des pauses d’intégration dans votre quotidien.

Pour que ce soit plus clair, je vais vous donner des exemples. Celui qui me vient à l’esprit, c’est lorsque que vous finissez un livre : au lieu de sauter sur le suivant, juste prendre ce temps, après avoir refermé le livre, pour être à l’écoute de ce que l’histoire, les personnages ont fait résonner en vous. Toutes ces émotions, ces sensations qui sont présentes, les intégrer comme pour donner corps à votre vécu.
Un autre exemple, vous travaillez, ou vous finissez une tâche, ou un projet :  au lieu de passer au suivant, prenez une pause d’intégration pour engrammer la satisfaction, peut-être la fierté ou la joie d’avoir terminé.
Laissez-vous imprégner de ce qui est là, vivant en vous.
Cela peut être aussi après une étreinte, une discussion, un film, un repas, une rencontre, un atelier … maintes et maintes situations pour lesquelles vous pouvez prendre ce temps pour « apprécier » les sensations, les ressentis, les perceptions, être juste en conscience de ce que vous vivez dans l’instant (agréable ou pas d’ailleurs).
Pourquoi ?
Parce que, l’air de rien, cette pause vient soit vous renforcer, soit vous éclairer sur vos besoins.

Si ces mots vous parlent, vous questionnent, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

————-

Cet article vous a aidé, éclairé, partagez-le et laissez des commentaires.

Vous sentez le besoin d’être accomppagné·e : contactez-moi en cliquant là ⇢ Séverine Gey  Accompagnement & Sophrologie Lille