Aujourd’hui, j’aimerais vous faire partager mon regard sur la sophrologie et la psychologie positive. Pour moi, c’est comme une philosophie de vie. Je ne vous parle pas de nier ce qui ne va pas. Je vous parle de mettre en valeur ce qui va bien.
Des épreuves, nous en avons tous connu. Autour de nous, la misère est là, et bien là. La tristesse, la mort, la maladie, le deuil, la vieillesse : personne ne peut y échapper. Quelque part, tant mieux.
Chaque épreuve nous révèle des capacités et des ressources insoupçonnées, nous amène à porter un regard différent sur la vie.

Comprendre que nous ne sommes pas obligés d’en passer par là pour savourer les chouettes moments de la vie, c’est ce que m’a enseignée la pratique de la sophrologie.
Travailler à développer ses ressources. Le faire quand la vie est plus douce pour être plus heureux au quotidien et plus fort quand le blizzard s’annonce.

Voici 2 clés pour vous mettre sur la voie. Faire sortir le meilleur de vous et de votre quotidien.

Emprunter la route du mieux-être : être plus heureux au quotidien

Pour se sentir le mieux possible dans votre vie, pas de recette toute faite mais des étapes communes à comprendre et à percevoir. Bien évidemment, chacun réagit différemment en fonction de ce qu’il est, et de son vécu.

  • Clé n°1 : Accepter ce qui ne peut être changé

Lâcher prise, ce n’est pas se résigner, ni laisser tomber. Arrêter de dépenser de l’énergie sur une situation qui ne peut pas changer.
Transformer cet état de fait en passant à l’action.
Juste se dire : « Ok, cette situation est là, c’est pas joli joli. J’ai des contraintes dans ma vie. Ce qui est là est là, c’est comme ça. Comment je fais, moi, pour être le mieux possible dans cette situation? »

Par forcément facile d’accepter parfois. Mais que faire d’autre si vous ne pouvez pas changer les choses ?
Ça ne sert à rien de lutter, de vous battre ou de vous mettre en colère.

Je m’explique.

L’exemple le plus facile est la météo : la pluie, le vent, le froid, le ciel bas et lourd. Par moment ça nous mine, on est d’accord !

Est-ce que ça vaut le coût de gâcher une journée de sa vie à râler et à être de mauvaise humeur parce qu’il pleut ? On ne peut pas, d’un coup de baguette magique, changer la pluie en soleil.

Idem dans les embouteillages : vous ne pouvez rien y faire, alors est-ce la peine de s’énerver ? Ça fait monter la tension et vous n’arriverez pas plus vite ;-).

  • Clé n°2 : prendre conscience qu’on est acteur de sa vie

Ça a l’air d’une évidence…. Mais, je vous assure qu’être conscient que l’on peut agir pour soi-même, prendre les rênes : ce n’est pas si simple ! En revanche, c’est facile de reporter la faute sur les autres, de se dire qu’on ne peut rien faire, que la journée ne se déroule comme prévu, alors…

Etre acteur de sa vie, c’est se dire qu’on a le choix et se donner les moyens pour y parvenir. C’est un pas immense sur la route du mieux-être.

Reprenons nos 2 exemples :

Les jours de pluie : est-ce que ce n’est pas mieux de sortir son plus beau parapluie, ou son chapeau de pluie. Ainsi paré et protégé, sortir et en profiter !

Ou est-ce que ce n’est pas mieux de ranger ce placard qui en a tant besoin depuis longtemps ! Ou de tirer partie de ce moment pour, justement, ne rien faire. Prendre un bon livre, et s’octroyer en pleine journée un temps rien que pour soi.

Là, c’est vous qui choisissez : gâcher cette journée ou reprendre le pouvoir ?

En plein embouteillage : profitez-en, peut-être, pour écouter une musique que vous aimez, ou choisissez d’appliquer cette recette miracle d’un sophrologue émérite Luc Audouin : attente = détente !

Prenez 3-4 respirations profondes et jouissez de ce moment rien que pour vous. Ressentez vos appuis, recentrez-vous sur vous.

Voilà, c’est ça ! C’est un peu faire contre mauvaise fortune bon cœur !

Nous ne sommes pas toujours responsable de ce qui nous arrive, mais nous sommes responsable de ce que nous allons mettre en place pour le vivre le mieux possible.

Evidemment, facile à dire, pas facile à faire.

Pour arriver jusque-là, il est nécessaire de comprendre que nous avons le potentiel en nous pour aller mieux, pour être plus heureux.

Je vous laisse réfléchir à tout ça et on se retrouve très vite pour comprendre de quoi dépend notre bonheur et vous donner 7 pistes pour voir la vie côté paillettes !